(...)Le seul espace où le totalitarisme soviétique présentait un visage sans masque était le Goulag, où l’on était « en famille  », où il n’était plus nécessaire de faire des manières.

Pendant soixante-dix ans, le Goulag a servi de laboratoire secret au régime soviétique, qui a pu ainsi y pratiquer des expériences sociopolitiques sur des millions de cobayes humains dans le but de créer une société idéale : garde-à-vous et pensée unique. C’est la raison pour laquelle la connaissance du Goulag est fondamentale pour l’étude du totalitarisme communiste. Là, pas un seul soviétologue n’y a fait un stage !

Je serais heureux si mon ouvrage pouvait aider les chercheurs dans le domaine de l’histoire du communisme « réel  », qui a si profondément marqué le XXème siècle, celui des camps de concentration. A ce propos, je considère comme inutile de chercher àsavoir lequel des totalitarismes, dans notre siècle, fut le plus barbare, dès lors que tous deux ont imposé la pensée unique et laissé des montagnes de cadavres...